Moutty fait le choix du lin. 

Pour son linge de table, Moutty met le lin à l'honneur mettant son désir d'une consommation plus raisonnée, cohérente et responsable.

La fibre de lin était une évidence. Et pour cause, de toutes les matières, c'est la plus respectueuse de l'environnement et la plus vertueuse.

Le lin c'est aussi et surtout la matière du futur. Le lin européen n’est pas délocalisable car son excellence résulte d’une combinaison parfaite entre le climat océanique, la faible densité thermique, les sols généreux et le savoir-faire des liniculteurs.

Moutty répond à la double exigeance de la maîtrise de son sourcing et de sa chaîne de production.   

Founder image
Founder image

LA CULTURE DU LIN

80% de la production mondiale de lin est cultivé dans une zone comprise entre la Normandie, les Hauts-de-France, la Belgique et les Pays-Bas. Ces régions bénéficient d'un climat océanique tempéré, avec une alternance de pluie et de soleil très favorable à la culture d'un lin de haute qualité.

La saison linière nécessite environ 7 mois de culture.

Elle débute entre mars et avril où l'on sème le lin. En à peine 100 jours, le lin aura atteint 1 mètre de hauteur.

En juin, c'est la floraison. La durée de vie d'une fleur n'est que de quelques heures. Les champs se colorent d’un bleu somptueux pendant une à deux semaines. Fin juin, de petites capsules rondes, contenant les graines, se dressent au sommet des tiges.

En juillet, les tiges de lin sont arrachées en totalité. La plante est déposée à plat sur le sol en andains parallèles.

En août, un phénomène naturel, le rouissage, transforme la plante et permet d'en extraire la fibre. Pendant cette phase, l'alternance de rosée, de pluie et de soleil provoque l'apparition de micro-organismes qui délient les pectines présentes, en libérant les fibres de leur tige ligneuse. 

Pour terminer, c'est en septembre que le lin est récolté sous forme de ballots qui ornent les champs avant d'être mis au sec. 

DE LA GRAINE A LA FIBRE 

Tout commence par l'extraction des fibres : c'est le teillage. Pour pouvoir les exploiter, il est nécessaire de les extraire et de les débarrasser du bois présent dans la tige (l'anas), valorisé sous forme de paillettes de bois, de litières animales...

La fibre est ensuite parallélisée, calibrée et étirée afin de ne garder que la fibre la plus pure pour former des rubans doux, lustrés, prêts à être filés : c'est le peignage

Product image
Product image

DE LA FIBRE AU FIL 

La première étape est la filature qui consiste à un assemblage, sur des métiers à filer, de différentes fibres issues de différentes régions et années pour obtenir un fil d'une couleur et qualité égale. 
Chaque fil est ensuite enroulé sur un fuseau pour former des bobines: c'est le bobinage.

Product image

DU FIL AU TISSUS

La fabrication du tissu commence par l'ourdissage, c'est l'opération qui consiste à dévider les bobines de fils sur une ensouple primaire, fût en acier, autour duquel est enroulée la chaîne du tissu. Ce travail de préparation est le plus long et le plus délicat puisqu’il détermine la qualité du tissu.

Puis, le tissu est tissé. Le rythme des métiers raisonne jour et nuit. Tous supervisés par les techniciens, les monteurs et les tisserands. 

Chaque mètre de tissu brut passe ensuite sous l'oeil avisé des stoppeurs qui, reprennent le défaut à l'aiguille. Un travail de précision. 

Le tissu subit quelques traitements : lavage, blanchiment, teinture et apprêt : c'est l'ennoblissement. Étape qui a pour but de mettre en valeur sa patine naturelle.

Pour terminer, le tissu passe un dernier contrôle qualité pour la couleur et le toucher et sera prêt pour la confection de nos produits.